Par liste participative nous entendons :

  1. Une liste qui s’engage pour les élections municipales de 2020 pour une transformation démocratique, écologique, sociale et économique de son territoire
  2. Une liste sans étiquette : elle est constituée hors des partis politiques ou est issue d’un mouvement citoyen associé à des membres de partis politiques prêts à dépasser les logiques d’appareils et ayant pour ferme volonté d’impliquer directement les habitants dans les décisions pendant la campagne puis pendant la mandature. Elle est autonome vis-à-vis d’une quelconque coordination nationale
  3. Son programme n’est pas pré-défini : il est co-construit par les habitants en cherchant à faire s’exprimer l’ensemble des sensibilités. Il n’est pas l’apanage de quelques-uns. C’est un processus actif qui nécessite des méthodes d’intelligence collective et des animateur-rice-s formé-e-s
  4. Ses candidats ne sont pas pré-sélectionnés : ils sont désignés le plus tard possible par l’ensemble du collectif constitutif de la liste, après avoir défini les missions attendues des futur.e.s élu.e.s, et en utilisant une méthode d’intelligence collective (exemple : élection sans candidats)

D’élections en élections, le malaise démocratique semble plus fort. Appelés aux urnes tous les 5 ans, les habitants ne se satisfont plus d’une démocratie élective qui ne laisse pas de place aux débats et aux idées nouvelles.

Ainsi, spontanément, des milliers de citoyens se réunissent sur leur territoire pour inventer une autre manière de gérer leur ville. Partout des collectifs sont à l’initiative de listes participatives pour 2020 avec pour ambition de gagner leur mairie pour changer les pratiques, co construire des propositions collectives, au delà des étiquettes, et redistribuer le pouvoir politique.

En fonction de leur réalité locale, ces listes co-construisent leur programme, organisent des assemblées citoyennes et expérimentent de nouveaux outils d’intelligence collective. Nous souhaitons les soutenir.

Nous sommes un collectif d’organisations regroupées autour d’un objectif commun : accompagner et mettre en lumière les listes participatives pour les élections municipales de 2020.

Démocratie Ouverte : Association qui a pour objet d’accélérer la transition démocratique, vers une société plus transparente, plus collaborative et plus ouverte. Elle est à l’initiative du projet Action Commune et pilote la gestion de projet et la communication. Elle propose également plusieurs formations dans le cadre d’Action Commune.

Démocraties Vivantes : Microentreprise créée par Tristan Rechid spécialisée dans l’accompagnement des organisations et des collectifs vers l’animation d’une véritable démocratie locale. Depuis plusieurs années, Tristan propose une formation spécifique pour accompagner l’émergence et la structuration des listes participatives, il a été l’élément déclencheur de plusieurs d’entre-elles.

D21 : Entreprise qui développe une plateforme de participation citoyenne permettant de réaliser des consultations et du vote majoritaire en ligne. D21 a co-construit le projet Action Commune au côté de Démocratie Ouverte, aujourd’hui son équipe travaille particulièrement sur le volet communication du projet. Ils proposent en sus une formation pour aider les listes à trouver la plateforme qui correspond à leurs besoins.

Colibris : Association qu’on ne présente plus, qui s’est donné pour mission d’inspirer, relier et soutenir les citoyens engagés dans une démarche de transition individuelle et collective. Dans le cadre d’Action Commune, elle propose une formation en ligne, un mooc sur la démocratie.

Institut Alinsky : Association qui propose des formations aux méthodes de mobilisation, d’action collective et de transformation des institutions. Dans le cadre d’Action Commune elle propose d’aider les listes à mobiliser largement grâce à des techniques de porte à porte et de community organising.

Kawaa : Entreprise qui propose une plateforme qui permet de faire remonter des idées, cartographier des groupes et des évènements. Son équipe travaille également en soutien au volet communication d’Action Commune.

La Belle Démocratie : Association d’habitant.e.s qui invite à “prendre le pouvoir pour le partager” et construire une démocratie ancrée dans les lieux de vie, co-construite par tou·te·s, sans rapport de domination, dans une totale transparence, pour restaurer le bien commun. La Belle Démocratie est à l’initiative de nombreuses listes participatives et les aide régulièrement à organiser des festivals de rencontre inter-listes.

La 27ème Région : Entreprise qui accompagne les collectivités dans la transformation de leurs pratiques internes en privilégiant l’expérience vécue, l’expérimentation et la transversalité. Fort de sa longue expérience, l’équipe de la 27ème propose une formation pour les candidats afin de les préparer au mieux à l’exercice de leur rôle d’élu.

Open source politics : Entreprise d’accompagnement à l’installation et l’utilisation de la plateforme de participation open source Decidim.

Université Du Nous : Association qui accompagne les collectifs et les organisations à la pratique de la gouvernance partagée. Dans le cadre d’Action Commune l’UDN propose en collaboration avec Démocratie Ouverte une formation pour les animateurs des listes participatives.

Le Mouvement Utopia : Association qui a pour objectif premier l’élaboration collective d’un grand projet de société en construisant des ponts entre société civile, les mondes politique, académique, culturel et les citoyen.en.s engagé.e.s. Dans le cadre d’Action Commune l’association propose une formation en ligne sur le municipalisme “La commune est à nous”.

Aujourd’hui l’entièreté de la gestion du programme d’accompagnement, la stratégie de communication, la structuration de l’offre de formation, les échanges avec les listes, la gestion du site internet et des réseaux sociaux repose sur du bénévolat interne à Démocratie Ouverte et aux organisations partenaires.

Les formations sont payées par les membres de listes participatives directement aux organisations qui les mettent en œuvre. Chaque organisation reverse ensuite 10% de subvention à Démocratie Ouverte pour faciliter la gestion de projet et la communication nationale.

Une partie de l’équipe travaille sur la recherche de financements avec deux pistes principales : le mécénat privé et une campagne de crownfunding.

Les campagnes électorales sont soumises à un cadre légal strict. C’est pourquoi :

  • Les outils mis à disposition gratuitement sur ce site sont disponibles de manière indifférenciée pour toutes les listes candidates aux élections municipales qui souhaitent les utiliser.
  • Les formations présentielles payantes respectent les tarifs usuels en la matière, les organisations proposant ces formations sont donc libres de choisir avec quelles listes elles souhaitent travailler.
  • Les formations présentielles n’ont pas besoin d’être inscrites dans les comptes de campagne : “Les frais dits de « coaching» ou de formation du candidat, de l’équipe de campagne ou de militants (notamment à la prise de parole en public) constituent des dépenses personnelles, dont le bénéfice leur reste acquis, et non des dépenses directement destinées à promouvoir l’image du candidat auprès des électeurs. Ces frais relèvent le cas échéant d’une prise en charge par les partis politiques ou par le bénéficiaire, mais ne sont pas imputables au compte de campagne au regard des dispositions de l’article L. 52-12 du code électoral.”
  • Les plateformes de participation payantes respectent les tarifs usuels en la matière, les organisations proposant ces formations sont donc libres de choisir avec quelles listes elles souhaitent travailler.
  • L’utilisation des plateformes de participation doit être inscrite dans les comptes de campagne : “Toute utilisation d’un site Internet autre qu’un site institutionnel pendant la période électorale est autorisée. Le coût du site et des frais afférents à ce dernier constitue une dépense électorale qui doit être intégrée au compte de campagne et relève des mêmes règles que les supports écrits.”

Pour plus d’information retrouvez le guide du mandataire de la commission nationales des comptes de campagne et des financements politiques

Nous n’avons pas répondu à votre question ?

Rendez-vous sur le formulaire de contact pour nous la poser directement.